A Hong-Kong, la répartition des élèves entre écoles de niveau élevé, moyen ou faible et, dans une même école, entre classes de niveau, est couramment pratiquée. Pour évaluer les effets de cette pratique, deux chercheurs ont sélectionné 23 collèges, et y ont réuni une masse de données sur les élèves : contexte familial, QI, résultats scolaires antérieurs et actuels, opinion qu’ils ont de leurs propres capacités, etc. 15 % de l’échantillon se compose d’élèves de classes hétérogènes.
Les deux chercheurs n’ont retrouvé aucun des effets nocifs attribués à une répartition par niveau, au contraire : les élèves venant des classes les plus homogènes sont ceux qui ont les meilleurs résultats scolaires et la plus grande confiance en eux ; les élèves les plus capables tirent bénéfice de leur affectation à une classe de haut niveau, sans devenir plus anxieux que d’autres, tandis que les élèves faibles ont les mêmes résultats en classe homogène ou hétérogène.
Réf :
Chau-Kiu Cheung et Elizabeth Rudowicz, « Academic outcomes of ability grouping among junior high school students in Hong-Kong », The Journal of Educational Research, Vol. XCVI, n° 4, mars-avril 2003.